Jeu de Paume

Rencontre avec Guillemette Lorin, Jeu de Paume

Paris, la ville lumière, est également la capitale de l’art. Elle abrite quelques-uns des plus beaux musées européens, à l’image du majestueux Jeu de Paume aux Tuileries. Rencontre avec Guillemette Lorin, chargée des expositions itinérantes au JDP.

Art en Suite – Pouvez-vous nous en dire plus sur votre poste ?
Guillemette Lorin : Mon rôle au sein du Jeu de Paume consiste d’une part en l’itinérance des expositions, allant de la prospection auprès d’institutions françaises et étrangères au suivi des projets en relation avec les musées partenaires ; et d’autre part en la coordination de certaines expositions « hors les murs », organisées en partenariat et dans d’autres institutions. Si la coordination d’une exposition commence dès la genèse du projet pour s’achever au moment de sa fermeture, le travail autour de sa circulation se poursuit en revanche bien au-delà car elle peut être présentée par la suite dans de nombreux lieux. Enfin, il existe deux types de circulation : les expositions prêtes à circuler, conçues par le Jeu de Paume et reprises telles quelles par d’autres musées ou centres d’art, et celles réalisées en coproduction, c’est-à-dire pensées et produites en étroite collaboration avec une institution étrangère.

Art en Suite – Parlez-nous du Jeu de Paume.
G.L. : A son ouverture dans les années 1990, la Galerie nationale du Jeu de Paume était principalement dédiée à la peinture et à la sculpture. Depuis 2004, le JDP est le lieu de référence pour la diffusion de la photographie et de l’image, et son approche est résolument ouverte et transversale sur le plan chronologique (XIXe-XXIe siècles), comme sur le plan des différentes pratiques actuelles de l’image (photographie, cinéma, vidéo, installation…). Le JDP a vocation à produire, coproduire ou accueillir des expositions, mais aussi des cycles de films, colloques, activités pédagogiques ou encore des publications. N’oublions pas que la photographie gagne chaque jour un peu plus l’amour du grand public. Ainsi, nous accueillons un public large et diversifié. J’aime me poster à l’entrée du JDP un ou deux jours après le début d’une exposition, afin d’observer qui se rend à nos expositions !

Art en Suite – Que pensez-vous de la démarche artistique de l’Elysées Mermoz ? Quels sont vos points communs ?
G.L. : L’hôtel joue un véritable rôle auprès des artistes puisqu’il expose des artistes dont il soutient et aime le travail, nous faisant ainsi découvrir de nouveaux talents et des œuvres d’art dans un nouveau contexte. J’aime le fait que les clients de l’hôtel puissent découvrir le travail d’un artiste, et repartir une œuvre sous le bras ! C’est une autre façon de faire vivre l’art, d’échanger et de partager. Comme le JDP, l’Elysées Mermoz présente des artistes contemporains mais dans d’autres domaines (dessins, peintures, vidéos…). Le rôle d’une institution est de présenter des artistes français et étrangers reconnus, à travers des expositions telles que celles consacrées à Claude Cahun et Santu Mofokeng actuellement, et de diffuser le travail d’artistes émergents, grâce à la programmation Satellite, pour laquelle le JDP fait appel chaque année à un commissaire indépendant.

Art en Suite – Quels sont vos photographes coups de cœur ?

G.L. : Il y en a tant ! C’est assez difficile de tous les citer, mais j’aime beaucoup Richard Avedon, pour ses portraits de l’Amérique profonde, Jeff Wall, pour ses caissons lumieux au travers desquels il présente une certaine réalité, Mario Giacomelli, pour ses paysages noir et blanc de Toscane, Martin Parr, pour son humour ; mais aussi le Français Laurent Montaron pour ses œuvres poétiques et décalées, ou encore Willy Ronis, pour ses vues de Paris.

Jeu de Paume
1, place de la Concorde
75008 Paris
France
T. : +33.(0)1.47.03.12.50
info@jeudepaume.org
www.jeudepaume.org

Retrouvez toute l’actualité du Jeu de Paume sur www.jeudepaume.org/
Actuellement : Claude Cahun, Santu Mofokeng, chasseur d’ombres et France Fiction, Billes-Club Concordance Accident, jusqu’au 25 septembre 2011.

« Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo hotelelyseesmermoz ».