DOISNEAU

Les Halles sublimées par Doisneau

Après Keith Haring en Février, l’Hôtel Elysées Mermoz s’est laissé convaincre par Guillaume Ansanay-Alex de Carpe Webem, d’aller découvrir les clichés de Robert Doisneau sur les anciennes Halles de Paris. Il faut bien l’avouer, nous ne sommes pas mécontents de notre choix! Encore un grand merci à ce blogueur arty inspiré et inspirant.


Crédit photo: La marchande aux fleurs, 1968 / Atelier Robert Doisneau.

Le ventre de Paris
Guillaume a su, au travers de son article, témoigner de toute la nostalgie d’une certaine époque, évoquée au travers de «200 photos de génie pour une histoire déchirante». Comme il le précise: «A la vue de l’histoire racontée par l’exposition, on ressent la tristesse de Doisneau, la souffrance d’une ville qu’on a amputée de son ventre». Car le Marché des Halles, «c’était une vie non-stop, des cafés et restaurants ouverts vingt-quatre heures sur vingt-quatre, une fin de semaine festive et arrosée, un marché de la nourriture mais aussi de l’emploi, un monde en miniature».


Crédit photo: L’échaudoir de la rue Sauval, 1968 / Atelier Robert Doisneau.

Paris est une fête!
A la fin de son article, Guillaume nous invite à rêver et à faire vivre le Paris de nos rêves, à l’image d’un Doisneau il y a quelques années: «Toi aussi, lectrice, lecteur, efforce-toi de faire revivre le Paris d’avant, le Paris des romans, ou le Paris de tes rêves. Ca ne coûte pas bien cher, et on pourra alors encore longtemps faire vivre à beaucoup de parisiens de naissance ou d’adoption des expériences qui deviendront des livres, des photos, des toiles».


Crédit photo: Les Halles, la fête, 1968 / Atelier Robert Doisneau.

Envie de lire la critique complète de Guillaume? Rendez-vous sur Carpe Webem!

Exposition «Doisneau, Paris les Halles», jusqu’au 28 avril à l’Hôtel de Ville.
Ouvert tous les jours (sauf le dimanche) de 10h à 19h.

Hôtel de Ville
Salon d’accueil de la Mairie de Paris
29, rue de Rivoli
75004 Paris
France
T.: +33 (0)1 42 76 51 53